Partagez | 
 

 Solan Parks (en attente de jugement)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solan Parks
Détenu
avatar

Messages : 7
MATRICULE : DE-0068-SJ


Votre Perso
Groupe et métier: -
Âge: 23
Amours: Célibataire

MessageSujet: Solan Parks (en attente de jugement)   Ven 8 Fév - 12:55


«FICHE DETENU»



ÉTAT CIVIL

    ★ Nom : Parks
    ★ Prénom : Solan
    ★ Age : 23 ans



CASIER JUDICIAIRE

    ★ Raison de l'incarcération : Piratage informatique et revente de données personnelles de la CIA
    ★ Durée de la peine : 38 ans (15 pour piratage informatique, 3 ans pour destruction de pièces à conviction, et 20 ans pour revente d’informations confidentielles de la CIA)
    ★ Incarcéré depuis : Arrive tout juste
    ★ Antécédents judiciaires : Aucun. (il ne s’est jamais fait prendre auparavant.)
    ★ Appartenance à un réseau : Aucun
    ★ Troubles notoires depuis le début de l’incarcération : Pas pour le moment.



DOSSIER MÉDICAL


    ★ État physique :

    Du haut de ses un mètre quatre-vingt-dix, Solan n’a tout de même pas fière allure avec ses soixante-douze kilos tout mouillé. D’un physique grand et fin, il n’est pas taillé pour la compète malgré des muscles plutôt raisonnables au niveau des bras, régulièrement sollicités. Il n’est pas non plus rachitique et reste légèrement musclé un peu partout mais pas assez pour quelqu’un de sa taille. Son visage ovale et clair, au menton pointu, affiche toujours un air fermé et triste. De grands yeux cernés à l’iris noisette, qui peut légèrement tirer vers le rouge suivant l’éclairage (surement dû à un côté albinos à force de ne pas sortir de chez lui), un petit nez pointu, et une petite bouche pincée, des sourcils bien noirs et froncés, son visage non plus ne fait pas très masculin et imposant et pourtant c’est bien un jeune homme de 23 ans à peine, malgré ses longs cheveux noir charbon bien trop délaissés par le temps.
    Il n’y a pas que son visage qui est blanc comme un siège de toilette. Son corps entier l’est. Blanc et fin. Comme ses mains, grandes, aux doigts extravagamment longs et osseux, tout comme ses jambes, interminablement longues, dont une, la jambe droite, était parcourue depuis la cuisse par une fleur de lys dont la longue tige se perdait jusqu’à la cheville, et qui auraient pu être magnifique, si ce n’était que cette dérangeante petite difformité. En effet, le mollet gauche de Solan est fin et presque squelettique comparé à son autre mollet plutôt musclé. Pourquoi ?? Parce que ce mollet est atrophié. A cause d’une malformation de naissance, le muscle ne s’est quasiment pas développé, et à cause de ça, il ne peut pas se tenir sur sa jambe gauche, ni même marcher sans béquilles. Sans béquilles, il n’est bon qu’à rester assis dans un fauteuil roulant, ou à ramper à genoux au sol. Rien d’élégant. Néanmoins ce serait bien le seul souci de santé que Solan puisse avoir. Ou peut-être une légère allergie aux poils de chien. Enfin ça il n’en était pas sûr mais il éternuait toujours lorsqu’il restait trop longtemps à côté de l’espèce canine.


    ★ État mental :

    Deux mots pour décrire Solan ?? Génie, et fourbe. Oui, Solan est un génie. Sa mère le découvrit dès les premiers mois et prit soin de ne pas gâcher cette chance. Son QI s’élevant à 172, il réussit à sauter deux classes et passa son BAC à 16 ans.
    Amoureux des maths et de l’informatique, il passe son temps devant son écran d’ordinateur tout en concoctant des plans basés sur des statistiques et des calculs compliqués. Il adore par exemple calculer le temps que mettra une femme dans tel magasin rien qu’à sa tenue, sa démarche, et à sa façon de se comporter. Ou à calculer le degré d’immondice de la nourriture de la cantine en fonction l’humeur du cuistot de son ancien orphelinat.
    Mais bien évidemment, entre son génie et le fait qu’il porte des béquilles, il n’est pas un aimant à amis. En fait, il n’a pas eu un seul ami dans sa courte vie à l’exception d’une personne qu’il avait rencontré sur un forum de jeu. Ils correspondaient par mail ou se parlaient dans leur jeu en ligne, mais c’était parce que cette personne ne l’avait jamais vu en vrai.
    Objet des moqueries depuis son enfance, il avait appris à se défendre comme il pouvait, finissant par adopter la vengeance, celle-ci de façon la plus fourbe possible. Il aimait rire intérieurement du malheur des gens heureux et normaux qu’il provoquait. Malheur qui était totalement insignifiant si on regardait bien. Mais fourbe surtout lorsqu’on voyait les dégâts qu’il avait pu causer dans les serveurs de la CIA un jour. Oui, il finissait par apprécier les coups bas qu’il imaginait. Mais tout ça n’était qu’un moyen de masquer sa solitude profonde et sa tristesse de n’avoir aucun ami. Car excepté son infirmière qui venait le voir deux fois par semaine à son appartement pour les exercices de son mollet atrophié, personne ne venait le voir. Solan n’était donc qu’un geek en mal de relations sociales et dont l’esprit de vengeance était grand. Vengeant d’abord sa mère puis se vengeant lui-même du système judiciaire corrompu et inefficace. Il avait le cœur noir vide et brisé, la vie n’étant pour lui qu’un passe-temps en attente d’un espoir qu’il savait n’arriverait jamais.

BIOGRAPHIE


    Solan naquit un 23 janvier à Galveston au milieu d’un après-midi enneigé sous le regard comblé de sa mère. Elle regarda son enfant à la peau rose et aux cheveux déjà présents sur sa petite tête et d’un noir intense, calmement endormi dans ses bras. Elle se dit alors qu’elle aurait le plus merveilleux des enfants. Qu’il serait grand et fort. Qu’il apporterait la joie et le bien autour de lui. Elle l’éleva alors avec tout l’amour du monde, seule dans son petit appartement puisque son époux était décédé quelques semaines après qu’elle ait appris qu’elle attendait son fils. Elle le couvait et lui enseignait les formes et les couleurs, les objets les noms, heureuse d’avoir un petit homme avec elle, mettant en pause son métier d’institutrice. Mais alors que Solan soufflait déjà sa première bougie et qu’il se montrait extrêmement éveillé et futé pour son âge, elle remarqua qu’il n’arrivait pas à tenir debout, que sa jambe gauche lui faisait toujours défaut et qu’il finissait par tomber et décidait de finir sa course à quatre pattes. Inquiète, elle se pressa donc au médecin, qui après plusieurs examens, expliqua avec sérieux que le mollet gauche de son fils était atrophié, que cela avait surement été causé lors d’un choc lorsqu’il se trouvait encore dans son ventre. Sa mère choquée s’en voulut énormément, c’était de sa faute si son fils ne pouvait pas marcher correctement. Néanmoins elle se ressaisit et continua son rôle de mère, l’empêchant de marcher pour le moment, continuant de l’élever à la maison, vivant des maigres ressources que lui avait laissé son époux sur son lit de mort. Mais lorsque Solan fut en âge de commencer l’école, elle lui apprit à se déplacer à l’aide de béquilles, et fit tout pour être son institutrice de CP. Quelle ne fut pas son agréable surprise de constater que son fils était un surdoué. Ce fut moins agréable de constater que les autres élèves se moquaient de son handicap, et son pauvre fils qui côtoyait d’autres enfants pour la première fois était perdu, blessé.
    Néanmoins, Solan voulait rendre sa mère fière de lui, lui montrer qu’il pouvait décrocher les meilleures notes, et ignora tant bien que mal les moqueries de ses camarades même si celles-ci le blessaient. Il resta fort et continua sa scolarité, même avec un nouvel enseignant chaque année, qui ne comprenait pas son handicap, aucun ami, puisque les autres en plus de se moquer de sa jambe qui était –il fallait l’avouer- très laide puisque son mollet non musclé était tout petit comparé à l’autre et le rendait difforme, le jalousaient désormais d’être plus studieux qu’eux. Un soir, alors qu’il faisait calmement ses devoirs, il entendit des bruits de pleurs. Marchant à quatre pattes comme à son habitude jusqu’à la source de bruit, il découvrit sa mère qui pleurait dans la cuisine. Il se hissa contre le plan de travail à l’aide de ses bras pour se mettre debout sur sa jambe valide, et fixa les larmes de sa mère.
    -Maman, qu’est-ce qu’il y a ??
    -C’est ma faute si tu es malheureux… Tu n’as plus de papa, tu ne peux pas marcher, et tu n’as aucun ami…
    Du haut de ses huit ans, Solan ne comprenait pas vraiment les paroles de sa mère. Pourquoi serait-elle en tors si les autres le malmenaient ??
    -Mais non maman, tu m’aimes et tu t’occupes de moi !! Et les livres disent que c’est pas ta faute pour ma jambe.
    -Merci mon chaton… Tu es le meilleur fils au monde…
    Elle ébouriffa sa crinière noire et l’aida à retourner au salon. Et les années passèrent, Solan grandissant, et sa mère, pour fêter son futur passage en seconde à treize ans à peine, l’emmena au cinéma voir le dernier film sorti. Le monde de Némo. Ce film toucha énormément Solan qui s’identifia totalement au personnage. Un parent mort avant sa naissance, une atrophie de naissance, et un autre parent qui le couvait –même si ne n’était pas à ce point-là pour ce qui concernait sa mère. Il sortit de la salle de cinéma émerveillé, avec l’espoir d’un jour se faire lui aussi des amis qui l’aimeraient comme il serait. Sa mère lui sourit et lui dit d’avancer plus vite.
    -Allez !! Dépêchons nous de rentrer !! Il y a un autre cadeau qui t’attend à la maison mon cœur !!
    Le brun sourit et agrippa fermement ses béquilles pour tenter de la rattraper alors qu’elle s’engageait déjà sur le passage piéton. Mais à partir de ce moment, Solan crut voir l’action au ralentit. Sa mère venait de franchir la deuxième bande blanche du passage piéton, lui souriant toujours, alors qu’à l’autre bout de la rue, une voiture déboulait à toute allure en zigzagant, ne s’arrêtant évidemment pas au feu rouge, et faucha sa mère sur l’instant. Il la vit percuter violemment le pare-brise avant de s’envoler quinze mètres plus loin, alors que le chauffard dont le pare-brise était désormais brisé et couvert de sang, prenait la fuite, son visage se gravant dans l’esprit horrifié de Solan qui après quelques secondes de choc, se rua les larmes aux yeux sur sa mère, finissant les deux derniers mètres à quatre pattes. Le reste se passa sans que Solan ne s’en rende vraiment compte. Le commissariat, l’hôpital, le retour chez lui accompagné par un policier. Anéanti et dénué de toute force, il n’avait même pas la force de rester debout. Il mit une semaine à s’en remettre, cloué dans un fauteuil roulant, une infirmière lui rendant visite trois fois par jour. Le regard vide, il fixait le paquet cadeau posé sur la table basse dans la pénombre. Quinze jours plus tard, on lui annonça qu’il allait être transféré dans un orphelinat non loin de son futur lycée. Il quitta la maison, prenant uniquement des vêtements et le paquet cadeau. Le reste de la maison resterait ainsi jusqu’à ce qu’il soit majeur.
    Installé dans son nouvel environnement, il ouvrit enfin le dernier souvenir que lui laissait sa défunte mère. Un ordinateur portable dernier cri… Elle s’était ruinée pour lui faire plaisir. Une petite carte l’accompagnait. « Ton tout premier ordinateur. Rends-moi fière et sers-toi en comme un chef. Je t’aimerai toujours, Maman. » Ce soir-là, il pleura toutes les larmes de son cœur, et de son corps même si bien qu’il se dit qu’il ne pleurerait plus jamais. Il serait fort. Pour elle. Il la rendrait fière pour qu’elle le regarde de là-haut avec toujours autant d’amour. Il se décida donc de sortir de son fauteuil roulant en journée, allant en cours, faisant des exercices pour muscler ses bras, sa jambe valide, et tenter de muscler un minimum l’autre. Mais ce n’était pas demain la veille qu’il pourrait se tenir sur sa jambe. Le médecin était clair, elle n’aurait jamais la force de supporter son poids. Son cadeau, il l’utilisa au maximum, apprenant à se servir de l’ordinateur et mieux encore, s’y découvrant une passion tout aussi grande que celle des maths. Il se dit même que puisqu’il avait cet ordinateur, il n’avait pas besoin d’amis. Seuls les programmes l’étaient, et il les connaissait comme sa poche. Comme de vieux amis. Les années s’enchainèrent comme ça, les cours seul, les repas seul à l’orphelinat, l’ignorance des autres pensionnaires qui à défaut de pouvoir se moquer de lui, l’ignoraient aussi, ses soirées seul devant son ordinateur, et ses rares sorties, seul. Enfin, il n’était jamais seul. Sa mère était à ses côtés et veillait sur lui là-haut. Et par un beau dimanche après-midi, alors qu’il se baladait en ville, il le vit lui. Celui qui avait détruit sa vie. Le chauffard. Il le suivit discrètement jusqu’à le voir rentrer dans un immeuble, et nota tous les noms à l’interphone. Le reste était simple. Internet allait l’aider. Il mit rapidement un nom sur ce visage, visage qui lui avait fait hurler vengeance à la seconde où il l’avait revu. Il voulait venger sa mère. Puisqu’il y a trois ans la police n’avait rien pu faire. Il ne lui fut donc pas difficile de se procurer du matériel électronique sur internet, de pirater le digicode pour aller tranquillement trafiquer l’ascenseur. Tous ses calculs étaient parfaits. C’était le locataire le plus lourd de l’immeuble et il habitait au dernier étage. Il suffisait qu’il rentre comme prévu à 18h43 de son travail, qu’il prenne l’ascenseur, monte au septième étage, et l’ascenseur sous le poids finirait par s’arrêter entre le sixième et le septième étage, jusqu’à ce que le câble lâche, et l’entraine dans une chute de sept étages. La cabine d’ascenseur étant ancienne et abîmée, elle ne manquerait pas de s’écraser avec violence, et écraser l’occupant avec. Peu de chance que ce scénario échoue. Il avait étudié le cas des autres locataires, que des personnes âgées et un taxidriver qui ne travaillait que de nuit et prenait toujours l’escalier. Et personne d’assez corpulent qui viendrait occasionnellement et risquerait sa vie à la place de la victime. Ce fut le lendemain aux informations qu’on annonça l’accident tragique, remettant la cause sur l’ascenseur. C’était si simple… Le système était pourri et ne cherchait toujours que la solution la plus simple et la moins ennuyeuse. Et Solan ne tolérait plus ça. La police, les politiciens, tous étaient pourris jusqu’à la moelle. Il fallait une révolution, qu’ils comprennent qu’ils étaient faible et livrés à la criminalité et l’injustice. Ce fut à ses dix-huit ans, tout juste sorti de l’orphelinat et en pleine licence d’informatique, nouvellement installé dans son vieil appartement qu’il décida qu’il était temps d’agir et de lancer sa révolution.
    S’installant un tout nouveau matériel informatique, plus performant que jamais, mais toujours son vieil ordinateur sous la main, il commença à sombrer du côté de l’illégal, piratant des sites internet tels que ceux de la CIA ou encore du gouvernement, récupérant tout type d’information. Il revendit le tout à des gangs et mafias qui lui offraient gros –non sans s’être renseigné auparavant sur ces gangs histoire de couvrir ses arrières- faisant ainsi de tout ça son gagne-pain. Il restait toujours très vigilant lors de ses opérations, son ordinateur protégé au maximum de façon à ce qu’on ne puisse pas le retracer. Ainsi la CIA le cibla vite sans pour autant le trouver, ce fameux « chat noir » qui portait la poisse à la police qui n’arrivait plus à contenir ces gangs et la mafia qui lui mettait de plus en plus de bâtons dans les roues. Le plan de Solan marchait. Il filtrait de plus en plus d’informations indiquant que la vigilance était trop basse, et que tout le système judiciaire était à revoir.
    Mais un soir, alors qu’il effectuait sa salle besogne pour trouver des informations sur un agent de la CIA qui en savait trop sur un certain gang dangereux, il s’attarda sur un mail communiqué entre la CIA et la maison blanche. Pris dans sa lecture, il ne vérifia pas ses pare-feu, restant trop longtemps inactif et à découvert. Deux minutes après, il était trop tard. Ses pare-feu s’affolaient. Il jura. Il avait été pris la main dans le sac. Il était fichu. On avait retracé son adresse IP. Il évalua la porte défoncée et l’arrestation dans environ 16 minutes et 12 secondes. Il soupira et s’affala dans son fauteuil roulant, regardant sa montre, et fit crasher volontairement son ordinateur, supprimant toutes les données contenues, et fit fondre le disque dur. Tout cela ne regardait pas la CIA. Il regarda à nouveau sa montre. Il lui restait deux minutes pour aller boire un verre.
    -Pardon maman…
    Finalement, la CIA fut trente-sept secondes en retard. Soit son génie était à revoir, soit il y avait eu un imbécile sur la route. Il se fit mettre les menottes sans ciller. Il savait qu’il avait commis un crime. Il cherchait à aider, enfin c’est ce qu’il se dit, avant de réaliser que sa haine l’avait rendu véritablement criminel. La haine n’engendrait que la haine. C’était à cause de gens comme lui qu’il y avait toujours ces crimes. Jalousie, rancœur, vengeance… En fait il ne pouvait rien pour ce monde. Ce n’était pas seulement le système judiciaire qui était pourri, c’était l’humanité. Il haussa les épaules et eut un sourire face à sa bêtise. Dernier sourire qui orna ses lèvres. Il garda ainsi un air triste et désintéressé pendant tout l’interrogatoire et le procès, où les juges se disaient cléments à minimiser sa peine, ne lui accordant tout de même aucun sursis, ni même lorsqu’il arriva devant les portes froides de la prison. Un pauvre surdoué handicapé ne ferait pas long feu dans ce genre d’endroit. Quoi que… Il était fourbe, et après tout possédait énormément d’informations sur la mafia et tous les gangs qui peuplaient le pays. Oui, il survivrait ici. Sa vie était merdique de toute façon.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solan Parks (en attente de jugement)   Dim 10 Fév - 21:21

Bonsoir et bienvenue parmi nous ^^ Je vais m'occuper de modérer ta fiche.





«FICHE DETENU»







ÉTAT CIVIL

    ★ Nom : ok
    ★ Prénom : ok
    ★ Age : ok




CASIER JUDICIAIRE

    ★ Raison de l'incarcération : ok
    ★ Durée de la peine : ok
    ★ Incarcéré depuis : ok
    ★ Antécédents judiciaires : ok
    ★ Appartenance à un réseau : ok
    ★ Troubles notoires depuis le début de l’incarcération : ok




DOSSIER MÉDICAL

    ★ État physique :

    - Le fait que Solan soit en fauteuil roulant peut poser problème, mais je vois ça avec l'admin. En dehors ça, a t'il d'autre soucis de santé ?

    ★ État mental :

    ok


BIOGRAPHIE


    - L'histoire de mettre le feu à une voiture à distance est quand même assez extravagante, il va falloir changer ça.



Voilà, il faut donc que tu change un petit passage. Pour ce qui est du handicap, j'en parle avec l'admin, pour voir si on peut l'accepter ou si il va falloir supprimer ce coté là ^^
Revenir en haut Aller en bas
Solan Parks
Détenu
avatar

Messages : 7
MATRICULE : DE-0068-SJ


Votre Perso
Groupe et métier: -
Âge: 23
Amours: Célibataire

MessageSujet: Re: Solan Parks (en attente de jugement)   Lun 11 Fév - 17:33

Voilà la nouvelle fiche avec les problèmes corrigés.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Solan Parks (en attente de jugement)   Mer 13 Fév - 18:45

Après relecture de ta fiche, je ne vois plus aucun soucis. Il n'y a plus qu'à attendre que l'admin te valide ^^
Revenir en haut Aller en bas
Solan Parks
Détenu
avatar

Messages : 7
MATRICULE : DE-0068-SJ


Votre Perso
Groupe et métier: -
Âge: 23
Amours: Célibataire

MessageSujet: Re: Solan Parks (en attente de jugement)   Mer 13 Fév - 18:49

D'accord !! J'attends ^^

Merci !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directeur Mayers
PNJ
Fondo-Admin
avatar

Messages : 537

Votre Perso
Groupe et métier: Directeur de la Prison
Âge: 37 ans
Amours: Célibataire

MessageSujet: Re: Solan Parks (en attente de jugement)   Ven 15 Fév - 8:17

Bonjour.

Tout est bon, tu es validé =)

Penses à faire recenser ton avatar, à créer ton carnet dans la partie rumeur et également à faire ton dossier rp.
Bon jeu ! ^^

______ _____ ____ ___ __ _

En cas de question ou problème, merci d'utiliser la Boîte à MP du Staff : ► Click ◄

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solan Parks (en attente de jugement)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Solan Parks (en attente de jugement)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prison Saint James :: Administration. :: Présentations :: Présentations validées :: Détenus Neutres-